STAGE ET POST FORMATION EN OCTOBRE 2020 Recherche, Vieillesse, handicap, yoga

« Changer le Regard sur la Vieillesse et le Handicap » a été le point de départ d’une pratique de yoga sur chaise qui s’adresse à toute personne ayant perdu une autonomie certaine créant une forme de dépendance à cause d’une pathologie ou d’un accident de la vie (paraplégie, tétraplégie, accident vasculaire cérébral, parkinson, maladies auto-immunes, macula, sclérose en plaques) et aussi à des personnes à mobilité réduite qui ne peuvent pas forcément pratiquer le hatha-yoga classique.
Cette pratique a vu le jour il y a dix ans, d’abord dans deux maisons de retraite, puis dans un centre de vacances pour infirmes moteurs cérébraux et dans des villages en liaison avec des clubs du 3ème âge pour des personnes à mobilité réduite, sans oublier des structures comme les ESAT (déficits intellectuels, troubles psychiques).   
Une convention a pu être établie avec la maison de retraite hospitalière de Die validant ainsi la pratique qui avait commencé bénévolement.
Par ailleurs, le contact pris avec le comité de liaison et d’information gérontologique a permis de faire découvrir (en liaison avec les clubs du 3ème âge) cette pratique et ce dans cinq villages du Diois (Drôme). Cette initiation  a servi de tremplin au déplacement du yoga vers les villages, le yoga pouvant alors être une activité de soutien résonnant avec l’idée de rester le plus longtemps possible chez soi et retarder ainsi le déplacement possible vers la maison de retraite.
Après l’initiation,  les clubs des cinq villages ont voulu continuer, c’est pourquoi une association dioise a vu le jour pour permettre de continuer l’enseignement par des professeurs de yoga ayant été formé à cette pratique. Aujourd’hui, cette association est forte de plus de 140 adhérents répartis dans les cinq villages.
Cette séance de yoga est une proposition et constitue un cadre pour les enseignants (de quelque tradition dont ils se réclament). Quatre axes vont guider la pratique : les mouvements et postures, la respiration et la circulation de l’énergie, les mudras, les sons , la voix et l’assise silencieuse en lien avec le souffle.
Cette pratique collective s’adresse à différents publics, à différentes pathologies et nécessite dans les institutions un certain recul émotionnel ; l’intention c’est d’ALLER VERS… avec le corps tel qu’il est au moment de la pratique. Ce n’est pas qu’un ensemble de techniques. L’objectif est de sensibiliser tout le corps  et aller aussi dans les zones fragilisées. Nous restons dans l’état d’esprit du yoga ; il n’y a pas un yoga pour tous, mais un yoga pour chacun.
C’est ainsi qu’en liaison avec le livre « Yoga sur chaise, Changer le regard sur la vieillesse et le handicap » et un DVD, une formation spécifique pour enseignants de yoga a pu voir le jour depuis 2014.
Cette pratique de yoga, codifiée et précise, basée sur la reconnaissance de la personne permet d’aller vers un mieux être et ainsi de rester dans le mouvement de la vie.
Les professeurs de yoga ayant suivi cette formation ont déjà permis son développement dans des institutions, ou dans les villages ou quartiers et ce dans les différentes régions de l’hexagone, voire même en Belgique et en Suisse.
Ces formations sont fortement demandées et correspondent à un besoin. Elles sont dans l’air du temps, c’est pourquoi cette année compte tenu des demandes, trois sessions sont proposées.
Pour assurer la transmission de cette séance, il faut être avant tout motivé et pour favoriser son extension, il s’avère nécessaire de créer une association nationale avec des relais régionaux qui pourront prendre en compte des formations régionales.
Cette nouvelle association aura pour rôle de former, informer, communiquer et continuer son travail de recherche en direction des différents publics participants.
Suite aux formations de 2017, le questionnement des enseignants était grand : « Oui, mais alors, après la formation, que se passe t’il ? Est-ce que les acquis ne vont pas se diluer ? Comment continuer à rester en lien ? Comment faire évoluer la pratique en confrontant nos expériences ?
La question du lien a directement posé la question de la création d’une association nationale regroupant les enseignants pour favoriser la transmission de cette pratique.
Il s’avère aussi nécessaire de se mettre en lien avec les organismes déjà impliqués vis avis des publics impliqués dans cette pratique (service prévention des agences régionales de santé, mutuelles de santé, caisses de retraite, clubs du 3ème âge, CCAS , mairies…)
« Le Seul, le Vrai, l’Unique voyage, c’est de changer de regard » (Marcel Proust)
Jeannot Margier, professeur de yoga ,  adhérent à la FIDHY